• Lilith : Le final

    Ecrit pour cloturer un de mes jeux de rôles sur Internet. Inspiré de "Mush" par Motion Twin. 

    Lilith avait décidé de rester seule quelques temps et s’était réfugiée dans une des grandes salles du vaisseau,  assise en tailleurs. Devant elle, trois grandes portes de verre qui menaient au vide et par lesquelles elle contemplait les étoiles, méditant sur sa condition, sa réelle utilité. Jusque là, elle n’avait rien trouvé.

    La petite fille s’était réfugiée dans la cabine minuscule d’un des vaisseaux de combat rapproché, rangés en rang d’oignon dans la pièce. Elle avait abandonné tout ce qu’elle avait sur elle, empêchant ainsi les autres de savoir où elle pouvait bien se trouver.

    Parfois le vaisseau se déplaçait, le décor changeait, et Lilith stoppait ses considérations philosophiques pour contempler le paysage, les planètes desséchées, cailloux brulés par les étoiles, les astéroïdes qui passaient à toute vitesse, roches glacées… Et elle pleurait, se perdait dans l’immensité de l’univers tout en restant bien confortablement calée dans son fauteuil.

    Justement, le décor changeait à nouveau, tirant la petite de sa douce et mélancolique torpeur. Elle souleva lentement ses paupières mi closes en sentant le lourd vaisseau tanguer dangereusement. Mais, en apercevant ce qui se passait au dehors, elle se releva brusquement, se cognant fortement la tête, sans y prêter attention. Une foule immense de vaisseaux ennemis entourait désormais le vaisseau, leur vaisseau ! Et il en venait toujours plus jusqu’à ce qu’une ceinture compacte d’adversaires, prêts à tirer, ne se forme. Attrapant son talkie walkie, seul objet électronique qu’elle avait tenu à garder sur elle, au cas où, elle lança à tout l’équipage :

    « Des ennemis nous attaquent ! Ils sont multitude, jamais nous ne pourrons les vaincre. Et la coque du vaisseau est bien trop endommagée pour que nous puissions résister longtemps à leurs assauts. Je crois qu’il est temps de vous dire adieu… »

    Si elle avait débuté son message dans l’agitation et l’affolement, l’évidence de sa fin prochaine l’avait peu à peu plongé dans un calme étrange, une sérénité anormale. Une fois son message terminé, Lilith se rendit compte qu’elle était sortie de sa bulle de sécurité, de ce petit vaisseau à l’intérieur du grand, et qu’elle s’avançait lentement vers les grandes portes vitrées qui, à une simple pression sur le bouton fixé au mur à quelques centimètres d’elle, s’ouvriraient sur le vide interstellaire.

    Comme elle savait depuis le début que tout allait mal finir, elle savait désormais comment elle, elle devait finir. Lentement, comme un robot, elle laissa tomber le talkie qu’elle tenait toujours à la main et celui-ci s’explosa au sol dans un grésillement affreux. Et en regardant la multitude de pièces de métal qui gisaient désormais au sol, Lilith ne put s’empêcher de penser que bientôt, le vaisseau qui l’abritait en ce moment même finirait dans le même état. Cette idée la fit frissonner et la conforta dans son idée qu’elle ne devait pas finir ainsi, minable. Elle souffla, comme pour elle-même :

    « Adieu… »

    Une série de bips se fit entendre et la voix de l’intelligence artificielle du vaisseau résonna alors dans la pièce, étrangement douce :

    « Adieu, étrange petite fille, adieu… »

    Du haut de ses dix ans, Lilith ne put retenir ses larmes alors que sa petite main blanche appuyait le bouton qui sonnait sa fin. La porte coulissa, elle entra dans le sas de décompression, se colla à la vitre qui menait à l’univers alors que l’air disparaissait peu à peu, étouffant au fur et à mesure ses sanglots de plus en plus violents. Puis la porte s’ouvrit, et la petite fille aux cheveux violets tomba.

    Alors, en une fraction de secondes, tout s’enchaina : La lueur d’étonnement dans les yeux des soldats ennemis quand ils virent une fillette tomber du vaisseau, droit sous leur canon, l’ordre de tirer. Une première balle fila droit dans la poitrine de la fillette qui ne baissa même pas les yeux pour contempler la blessure. L’apesanteur fit remonter les bulles de sang jusque devant ses yeux et, alors que son corps tressautait sous l’assaut des balles, toujours plus nombreuses, les bulles de sang remontaient lentement dans une fatale spirale pourpre autour de la petite fille, qui leva les yeux vers les étoiles.

    « Sais-tu pourquoi j’aime tant contempler les étoiles ? Parce qu’elles me permettent d’oublier quelques instants tous les malheurs qui s’abattent sur moi… »

    Un dernier sourire mélancolique, et ce fut la fin.

    Et pour lire d'autres suites semblables : http://mush.vg/tid/forum#!view/74323?p=2|thread/25651152

     




  • Commentaires

    1
    Hellshinou Profil de Hellshinou
    Lundi 24 Juin 2013 à 15:42

    Le second "réfugiée" aurait pu être remplacé par "enfuie" tu ne crois pas ?

    De plus, je vois pas comment un talkie-walkie peut tomber lentement, grâce aux lois des gravités. Sauf si elle est dans l'espace. Là, on voit qu'elle est dans l'un des vaisseaux. Elle aurait été une partie dans l'espace avec le toit déchiré, j'aurais pu comprendre, mais là non, je ne vois pas comment il peut tomber lentement. 

    Troisième point. Elle est dans un petit vaisseau calée sur un fauteuil. En faisant tomber son talkie, je doute qu'il puisse se casser en petits morceaux.

    2
    Udelire Profil de Udelire
    Lundi 24 Juin 2013 à 16:59

    Première remarque : Oui pourquoi pas !

    2) C'est simplement une impression. Elle divague un peu.

    3) Elle en est sortie

    3
    Hellshinou Profil de Hellshinou
    Lundi 24 Juin 2013 à 17:14

    3) Même, je doute que du haut de ses dix ans elle puisse le casser si facilement.

    4
    Udelire Profil de Udelire
    Mardi 25 Juin 2013 à 10:49

    C'est fragile ces petite bêtes là !

    5
    Hellshinou Profil de Hellshinou
    Mardi 25 Juin 2013 à 15:18

    Si tu le dis

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :