• Goodnight Moon

    Goodnight Moon de Go Radio. Bonne lecture !

    Nous sommes rentrés de soirée à pas d'heure, comme on le fait souvent. Le soleil n'allait pas tarder à se lever. Cette atmosphère particulière, quelques heures avant que le matin ne vienne laver le ciel, chasser les ombres et déposer ses couleurs ocres. Le froid de la nuit est passé, mais les étoiles brillent encore dans le ciel noir. On est rentrés à pas d'heure et ça sentait comme les nuits d'été, avec le vent chaud qui venait secouer tes cheveux clairs et soulever les pans de ta robe blanche. Tu avais un peu trop bu, tu titubais un peu dans les avenues désertes. Cette sensation de puissance, de liberté totale quand on peut déambuler seuls dans les rues. L'espace de quelques instants, lors de ces secondes volées de la fin de la nuit, nous devenons les rois du monde. Tu as pris ma main dans la tienne et ton parfum m'a enveloppé. L'appartement était silencieux, plongé dans la pénombre, sa fraicheur contrastant avec l'atmosphère un peu moite de l'extérieur. Tu voulais aller te coucher, je n'avais pas sommeil. Tu es restée avec moi. J'ai fait deux tasses de lait chaud et on s'est installé sur le canapé, face à la grande baie vitrée, pour voir le soleil apparaitre et chasser la lune, aveugler les étoiles pour les faire fuir. Tu as posé ta tête sur mon épaule, ta tasse dans les mains, les genoux remontés sous ton menton. Tu baillais à t'en décrocher la mâchoire. On parlait en chuchotant, pour ne pas briser l'atmosphère magique. Tu disais qu'il ne fallait pas réveiller les fées, qu'elles devraient se lever bien trop tôt, de toute façon, en même temps que le soleil. Quand on s'arrêtait de parler, j'entendais l'horloge sur le mur derrière nous, je sentais le temps qui passait inexorablement. Quatre heures du matin est la seule heure où il n'est pas angoissant de sentir le temps passer. C'est un moment trop irréel pour se préoccuper du temps qui passe. Ca a même quelque chose de poétique. Tu aurais dit de féerique. Et puis l'un de nous brisait à nouveau le silence, chuchotant des phrases sans queue ni tête.

    "Tu crois que les fées nous en voudraient si on les réveillait ? Ou est ce qu'elles vivent d'après toi ?  - Dans notre appartement. Avec toutes les miettes de gâteaux qu'on y laisse tomber, elles doivent être heureuses. - Et toi tu es heureux ? - Bien sûr que je suis heureux. Y a des fées chez moi. - Je t'aime tu sais ? - Je sais. Je t'aime aussi. Mais je préfère les fées. - Ben voyons. - Nan, vraiment. Tu es ma fée à moi. J'ai pas besoin de faire semblant avec toi, tu sais ? - Est-ce qu'on en est vraiment à ce point ? Aux déclarations à l'eau de rose et tout ? - J'en ai peur. -C'est cool. -Oui."

    Et puis tu t'es endormie sur mon épaule. J'ai ramené le plaid qui trainait sur le canapé sur ta forme assoupie. Petite fée. Le soleil apparaissait doucement. J'ai déposé nos deux tasses vides par terre, laissé ta tête reposer sur moi, bercé par le bruit doux de ta respiration et les aiguilles de l'horloge. La lune a disparu. J'ai déposé un baiser sur le sommet de ta tête. Fixé le soleil qui se montrait derrière les immeubles jusqu'à en avoir mal aux yeux. Alors j'ai fermé mes paupières et laissé mes rêves sans queue ni tête prendre le dessus. Toi et moi dans des tenues du XVIIème siècle, dans un bal à Versailles. Un diplodocus nous servirait de calèche et on irait s'enfuir sur la lune. J'ai rouvert les yeux. Tu dormais paisiblement. Un dernier murmure a brisé le silence.

     Goodnight moon and goodnight you, when you are all that I think about, all that I dream about. A goodnight kiss from goodnight you, the kind of hope they talk about, the kind of feeling we sing about...

     

    Et puis je me suis laissé entraîner par le sommeil. Quand on se réveillera, le soleil sera haut dans le ciel et la lune sera disparu depuis longtemps. Les fées auront bien entamé leur journée. Elles auront mangé nos miettes de gâteaux. On fera des gaufres, on se plaindra d'avoir trop bu à la soirée. On se promettra de recommencer. 


  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Février 2016 à 17:00

    Texte plutôt bien écrit. Bonne continuation ! Lire-écrire-lire-écrire...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :